C’est à 23 ans que je pousse pour la première fois la porte d’un cabinet de psychanalyse. A cette époque, je me sens perdue : le métier pour lequel j’ai étudié ne me fait pas vibrer, et j’avance avec l’impression de m’être trompée de vie, aussi bien sur un plan personnel que professionnel.

De séances en séances, et avec le soutien de Daniela, je me révèle à moi-même et une évidence s’impose à moi :

C’est ce métier que j’ai envie de faire !

Je commence alors une longue formation à l’Institut de Psychanalyse Active de Paris, une école qui dépoussière la psychanalyse et propose une méthode qui me parle : centrée sur les émotions et me donnant les moyens d’avancer rapidement sur mon chemin. Ce travail personnel fondateur me permet de rentrer de plein pied dans ma vie d’adulte et de femme.

Cinq ans plus tard, c’est à Toulouse, ma ville natale, que je choisis d’ouvrir mon cabinet et de commencer à accueillir mes premiers analysants. L’exercice de ce métier singulier de thérapeute me nourrit profondément:

J’ai trouvé ma mission de vie : accompagner l’autre à la rencontre de sa liberté d’être.

Chemin faisant, d’autres cailloux se présentent sur ma route, et je sens que l’outil psychanalytique touche à ses limites. C’est à cette époque que je commence à m’ouvrir à d’autres thérapies, au gré des rencontres avec des thérapeutes qui me guident, chacun à leur manière, sur un bout de mon chemin.

J’expérimente ainsi l’analyse psycho-organique avec Rosane, ce qui va faire évoluer ma pratique en ouvrant une porte sur le travail corporel :

Notre corps a des choses à nous dire, il suffit de tendre l’oreille pour les entendre !

Puis au contact de Nelly, psychanalyste libre et spontanée, j’apprends l’art de conduire un groupe, avec simplicité et empathie.

Plus tard, je trouve chez Mireille un espace de supervision bienveillant qui m’aide à poser et respecter mes limites et me transmets l’art de la cohérence cardiaque et du rêve éveillé.

Respirer et symboliser : deux clés simples et efficaces pour se reconstruire et retrouver l’énergie de vie

En 2013, je rencontre Geneviève qui me fait découvrir les fleurs de Bach. A ma grande surprise, les élixirs floraux me permettent de vivre des transformations émotionnelles profondes que l’analyse m’avait permis d’entrevoir sans réussir à les traverser.

Les fleurs agissent comme un catalyseur du travail thérapeutique

Enfin, plus récemment, j’ai fait la merveilleuse expérience de la maternité, ce qui m’a donné envie d’accompagner les mères et leurs enfants

Etre mère et thérapeute est une grande leçon d’humilité, il n’y a pas de vérité, il n’y a qu’à aider les mères à se faire confiance.

Mon voyage en terre de thérapie continue et nourrit tout mon être, jour après jour.

 Je suis prête à vous accompagner sur ce chemin si vous le souhaitez.